TEST Super Mario Odyssey, le digne successeur ! News

TEST Super Mario Odyssey, le digne successeur !

Un retour en arrière de plus de 20 ans, une découverte d’un univers ou simplement un moment où vous vous abandonnerez à la fantaisie et laisserez l’enfant en vous reprendre le dessus… Super Mario Odyssey, c’est tout simplement le meilleur lancement commercial pour la série « Super Mario » avec plus de 500 000 unités vendues au Japon lors des trois premiers jours de commercialisation.

Mais au-delà des chiffres, c’est à la fois la sensation géniale pour un trentenaire comme moi de retrouver un chef d’œuvre à la mesure de « Super Mario 64 » qui nous avait tant fasciné à sa sortie en juin 1996 mais aussi pour les plus jeunes qui n’ont pas connu cette époque le plaisir de découvrir en un seul jeu l’essence de Nintendo. Non pas que les épisodes Sunshine et Galaxy (1 et 2) ai été ratés, mais ils leurs manquaient sans doute un petit « je ne sais quoi » qui distingue un jeu de « très bon » à « inoubliable ».

Test de Super Mario Odyssey sur une version Switch.

De nouveaux horizons et de la nostalgie…

Dès les premières minutes de jeu, vous y êtes. La direction artistique a fait un travail énorme. D’abord graphiquement : le jeu est beau, il exploite parfaitement les capacités de la machine et l’univers tant par ses ennemis bien connus que par son level design très bien conçu et varié qui ne trompe pas : vous êtes dans un vrai Mario, un pur jeu de plateformes.

Un bon Mario nouvelle génération où les transformations à l’aide de votre nouvel ami d’aventure, Cappy, ferons la part belle à de petites énigmes qui même si elles ne sont pas compliquées ne sont toutefois pas dénuées d’intérêts. Les mondes que vous parcourez dérouteront parfois les joueurs par leurs thèmes inattendus et inédits pour un Mario. En effet tout au long de votre périple vous passerez sans ménagement de paysages classiques chers à Nintendo à de nouveaux horizons parfois même urbain plutôt détonnant dans le cadre d’une aventure du plombier moustachu !

Mais attention… vous êtes aussi dans un bon « vieux » Mario ! En effet, les développeurs ont eu le bon gout d’inclure de multiples phases “old school” qui ravirons les fans de la première heure ! Pas aussi ardues que leurs ancêtres dans « Super Mario Bros. », ces moments de jeu en scrolling horizontal avec les graphismes de l’époque sauront sans nul doute toucher votre petit cœur de gamer !

Les clins d’œil ne s’arrêtent d’ailleurs pas là ! Si vous avez joué à un Mario avant celui-ci, vous retrouverez forcément une référence, un ennemi particulier, un endroit ou un PNJ qui vous fera inévitablement penser à un souvenir lointain. Cet aspect participe d’ailleurs à la forte rejouabilité du titre qui se termine sans encombre en une petite douzaine d’heures. Néanmoins, même si vous pouvez relativement rapidement finir l’histoire de base, vous vous rendrez vite compte par vous-même que vous n’avez pas envie d’aller vite ! Certains mondes, qui vous plairons inévitablement plus que d’autres, vous accrocherons plus que nécessaire pour continuer l’histoire.

Mario’ns-les !

L’histoire d’ailleurs, parlons-en… peut-être le seul point faible du jeu ? Et encore… avouez que vous seriez un peu déçu si je ne vous annonçais pas que Peach avait été enlevé par Bowser ? Et là, notre monstre préféré a fait fort… il a carrément décidé de se marier avec la belle princesse blonde ! Lui et ses sbires, les Broodals, comptent bien empêcher Mario et Cappy, dont la sœur a également été enlevée par Bowser, de venir sauver Peach. C’est évidement sans compter sur votre détermination !

Peach et son prétendant un peu encombrant

A l’aventure, compagnons !

Super Mario Odyssey se joue dans un premier temps de façon linéaire en voyageant à bord de votre vaisseau, « l’Odyssey », qui vous permettra de parcourir le monde d’un univers à un autre à mesure que vous le remplirez de « lunes ». Les « lunes », c’est l’équivalent des étoiles de Super Mario 64 ou des shines de l’épisode GameCube. Au terme de l’aventure de base, votre compteur tournera probablement autour de la centaine de « lunes », en fonction de vos balades plus ou moins longues dans certains niveaux. Mais si vous souhaitez terminer le jeu à 100%, sachez que c’est près de 1000 lunes qu’il vous faudra retrouver ! Notez que vous pourrez également jouer à ce titre à deux via un mode coopératif : l’un des joueur dirigeant Mario et l’autre Cappy, qui devra toutefois rester dans les parages. Cela demande un peu de coordination au début, mais devient tout à fait jouable après avoir « pris le coup ».

Je ne vais pas vous spoiler d’avantage ce titre qui pour moi fait désormais partie intégrante de mon “top 10” chez Nintendo mais sachez tout de même que vous pourrez aussi customiser Mario en lui achetant des costumes, débloquer du contenu à l’aide des Amiibos spéciaux série Odyssey, participer à une fin de jeu épique, profiter d’une bande son très soignée. Bref, votre vie sociale est en grave danger à partir du moment où vous allumerez votre Switch !

Je note toutefois un petit point faible mais qui ne gâche en rien l’expérience de jeu : le positionnement de la caméra. Peut-être s’agit-il d’ailleurs d’un clin d’œil de plus à « Super Mario 64 » car il s’agissait déjà à l’époque du principal reproche effectué à propos du jeu. La boucle est bouclée !

9.5

The Good

  • La nostalgie présente
  • Le level design
  • La variété des épreuves
  • La durée de vie conséquente si on souhaite récupérer toutes les lunes

The Bad

  • Le positionnement de la caméra pas toujours adéquat qui oblige un replacement manuel
  • Les combats contre les Broodals un peu répétitifs
  • L'histoire... quoi que... ;)
9.5 La note JVB

Vous aimerez aussi